Test : Mochi Mochi Boy sur Nintendo Switch

Mochi Mochi Boy

Genre : Aventure, casse-tête
Langues : Allemand, anglais, espagnol, français, russe
Développé par Pixel Teriyaki
Édité par Ratalaika Games
Sortie France : 19/07/2019
Prix : 4,99€ sur l’eShop
Taille : 124,78 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3

Site Web Officiel

Mochi Mochi Boy est un slime, ayant la particularité de pouvoir s’étirer à l’infini. Ce qui lui sera très pratique, puisque lui et ses amis ont eu la mauvaise idée de pénétrer sur le territoire du diable. Pour les punir de cette intrusion, ce dernier a donc décidé de capturer tous les amis de Mochi Mochi Boy.

Mochi et ses amis

Pour les libérer, pas d’autre choix que d’explorer le château du diable, pour trouver les coffres où ils sont emprisonnés !

Le gameplay du titre est très simple, puisque notre slime se dirige comme dans le jeu Snake. Sauf qu’ici, le but ne sera pas de manger des fruits en évitant de se mordre la queue, mais de passer sur chaque case du tableau, et ce une seule fois. Mais au fur et à mesure que l’on avance dans la tour, les niveaux se complexifient.

Ce sont d’abord de petits obstacles à contourner, qui peuvent rendre difficile l’accès à une ou deux cases. Puis il faudra aussi prendre en compte le fait que l’on peut switcher d’un écran à l’autre, pour peu qu’il n’y ait pas de mur qui gêne. Et comme si ça ne suffisait pas, des téléporteurs vont aussi se rajouter.

Mochi, passant d’un côté à l’autre

Un autre mode proposé, le défi, rajoute encore plus de difficultés. Il faudra réussir à la suite dix niveaux, aléatoires, avec son lot de contraintes. D’abord, le temps limité : s’il est possible de recommencer, chaque essai retirera des secondes au décompte. Ce qui aura une incidence sur les ennemis : si au début du chrono, ils sont inoffensifs et on peut leur passer dessus sans souci, au bout d’un certain temps ils deviendront agressifs, et feront perdre des secondes en cas de contact. Beaucoup plus dangereux, les pièges amèneront directement au game over si on passe dessus au mauvais moment, et les bombes exploseront si on touche un mur.

L’explosion de ces dernières menant au game over..

Heureusement, il est possible de directement recommencer le niveau ou abandonner, pour retourner au menu, avec X et Y, même si l’animation de la porte qui se ferme à chaque fois est un peu lourde à force. De même, quand on perd dans le mode donjon, on revient sur le menu principal et pas directement sur celui du donjon. Et en mode tour, le jeu ne garde pas en mémoire le dernier niveau visité et retourne systématiquement au premier (même si heureusement on peut faire défiler par ordre décroissant les numéros).

Ce ne sont pas de gros défauts, mais c’est un peu agaçant.

On a beau explorer le château du diable, l’ambiance de Mochi Mochi Boy est mignonne. Les slimes que l’on libère au cours de l’aventure sont adorables, colorés, avec des têtes rappelant fortement des smileys.

Un mignon petit slime

Même le diable, que l’on peut voir si l’on abandonne, n’est guère inquiétant. C’est juste dommage que ce soit un peu pixellisé et que ça manque de variété au niveau des environnements. Seul Mochi pourra être customisé.

Côté musique, on a là aussi cette ambiance guillerette. Le thème rappelle plus la plage que le château du diable, et n’est pas spécialement marquant. On a plutôt envie de couper le son pour mettre sa propre sélection de musiques quand on joue.

Si les premiers niveaux servent de tutoriel, ne proposant qu’un seul chemin, pour montrer les différentes fonctionnalités du jeu, les choses se corsent assez vite, et on peut devoir faire plusieurs tentatives avant de trouver un chemin passant sur toutes les cases. Et avec plus de cent niveaux, il y a de quoi faire.

Un stage du mode donjon, avec ennemis, pièges, téléporteurs et bombes

À cela se rajoute le mode donjon, proposant à chaque fois des niveaux aléatoires, qui ne sont pas si évidents que ça, surtout qu’une erreur bête (taper contre un mur alors qu’il y avait des bombes) obligera à recommencer depuis le début. Le jeu tente d’ailleurs d’éviter ce genre d’erreurs en ne permettant pas de maintenir le joystick ou la touche directionnelle enfoncée dans une direction, il faut vraiment faire un déplacement à la fois.

Mochi Mochi Boy propose, sur un type d’énigme bien connu, des ajouts intéressants complexifiant bien les tableaux. Avec un grand nombre de niveau de base, un mode proposant des stages aléatoires avec moult piège, et un aspect collection, c’est un bon petit jeu pour se creuser les méninges. Mieux vaudra cependant préférer de courtes sessions, pour ne pas subir la répétitivité du titre.

 

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire