Test : Nightmare Boy sur Nintendo Switch

Nightmare Boy

Genre : ACTION, PLATEFORME
Développé par The Vanir Project
Édité par Badland Games
Sortie France : 16/01/2018
Prix : 9, 99 € sur l’eShop
Taille : 1494, 22 Mo

Site Web Officiel

Tout commence bien dans Nightmare Boy. Le joueur incarne un petit garçon calme et tranquille, Billy, prêt à aller se coucher… mais tout change lorsqu’il se transforme en monstre suite à une altercation avec son oreiller et plonge dans le royaume cauchemardesque de Donorok.

Alors que les ténèbres gagnent du terrain progressivement depuis la disparition du Roi, le petit garçon, devenu prince Rolok, est convoqué auprès de la reine pour arranger les choses et conquérir à nouveau ce monde des mains du Mal.

Très semblable à un Castlevania dans le système de gameplay et dans sa difficulté, Nightmare Boy se place dans la catégorie de jeux d’action/plateforme. Dans l’ensemble, le gameplay est assez instinctif et satisfaisant, malgré quelques problèmes de réactivité et de fluidité pour le double saut, ce qui peut être handicapant à certains moments.

C’est avec ses poings et des sorts magiques octroyés par des PNJ de ce monde que le petit Billy/Rolok va devoir terrasser les différents boss qui l’attendent tout en se frayant un chemin parmi les monstres et les créatures pullulantes. Pour autant, il ne faudra pas oublier de sauvegarder auprès de la Faucheuse, disponible dans certaines salles, au risque de devoir refaire tout le parcours avant de retrouver le lieu de sa mort.

Pour les joueurs aimant les atmosphères gothiques, Nightmare Boy est clairement fait pour eux. Les graphismes assez rétro, dans des tons aussi sombres qu’éclatants par endroits, rendent l’expérience clairement sympathique et plutôt cohérente. Notez qu’il est possible d’afficher le jeu en “rétro” dans les paramètres, permettant alors de replonger dans une expérience vidéoludique digne des années 80-90.

La bande sonore adopte elle aussi un ton rétro qui dynamise réellement le jeu et les combats avec les différentes créatures. Pour le coup, entre les graphismes et la bande sonore, les développeurs parviennent à plonger le joueur dans une toute nouvelle atmosphère à vous faire froid dans le dos.

Malheureusement, ne vous attendez pas à passer des dizaines d’heures sur Nightmare Boy. Pour donner une estimation approximative quant à la durée de vie, le jeu peut être terminé en quatre à cinq heures en fonction de votre agilité et de votre expérience sur ce genre de jeu. Ce qui peut être regrettable pour certains mais tout à fait compréhensible et appréciable pour les autres.

Évidemment, il est possible de recommencer le jeu pour parfaire ses techniques, ramasser encore plus de gemmes et surtout le finir de fond en comble.

Nightmare Boy est un bon opus pour les fans de jeux de plateforme. D’autant plus, qu’il bénéfice d’un portage plutôt correct sur la Switch (mode portable et mode TV – une manette est recommandée). En plus de sa durée de vie assez courte, le jeu ne propose pas pour autant un contenu très original et novateur. Il saura parfaitement satisfaire les amoureux du genre mais n’enthousiasmera probablement pas les joueurs désirant se plonger dans de nouvelles expériences vidéo-ludiques.

Test réalisé par PSYCHEDELIC sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire