Test : Ritual sur Nintendo Switch

Test : Ritual

Genre : RPG, Jeu de tir, Action, Arcade
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Portugais, Russe Sous-titres : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Portugais, Russe
Développé par Hexage s.r.o.
Édité par Hexage s.r.o.
Sortie France : 13/09/2019
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 87,03 Mb
Joueurs : 1
Age minimum : 7+

Site Web Officiel

Dans Ritual, le ton est donné dès les premières secondes de l’introduction. Les adorateurs des Dieux Anciens viennent de terminer un rituel vous enfermant dans le corps d’un simple mortel… C’est la seule méthode pour pouvoir vous tuer, l’Ange Vengeur. Mais pourquoi tant de haine ? Et bien, vous venez de décimer la quasi-totalité de leur panthéon et ils ne veulent pas que vous acheviez le travail. Malheureusement pour eux, vous reprenez conscience à temps et, si votre corps est dorénavant celui d’un mortel, vos pouvoirs sont toujours là. Votre vendetta peut ainsi reprendre même si, pour cela, il faudra venir à bout des hordes d’ennemis lancés sur vos talons.

C’est ainsi que tout commence !

Ritual peut se ranger dans la catégorie des « dual stick shooters« . En effet, vous y contrôlez votre personnage à l’aide du joystick gauche, le droit permettant d’orienter les tirs. Côté armement vous pourrez vous équiper de deux pouvoirs et votre avatar possède une épée qu’il utilisera automatiquement au contact d’un ennemi. Le but de chaque niveau est simple : il vous faudra soit occire un quota de monstres ou un seul en particulier, mais qui n’arrivera qu’après un certain laps de temps. Une fois votre mission réussie, un portail s’ouvre pour vous ramener sur la carte du monde où un nouvel endroit apparaît. Les anciens niveaux restent disponibles et peuvent être à nouveau tentés afin de gagner un peu plus d’expérience.

La carte du monde à explorer

En effet, le titre d’Hexage rajoute un soupçon de RPG avec le passage de stages pour notre avatar. À chaque fois que cela se produit il est possible de découvrir quatre pouvoirs distribués aléatoirement. Ils se rangent parmi quatre catégories : coups de poignards, compétences passives, sceaux de résurrection ou sorts actifs. Ainsi, au fur et à mesure de la montée en puissance, les choix de customisation sont plus nombreux. À chacun de modeler son gameplay en fonction de son style de jeu et des drop réalisés. Cela assure au titre une certaine rejouabilité, car vous ne débloquerez pas forcément les mêmes pouvoirs d’une partie à l’autre.

Et quatre pouvoirs de plus

Venons-en maintenant au cœur du gameplay, à savoir, comment se débarrasser des ennemis ? Vous commencez chaque tableau avec votre avatar au rang 1. Tout autour de vous des monstres, sorciers ou démons vont apparaître. Vous ne pourrez tuer au corps-à-corps que ceux d’un rang égal ou inférieur au votre. Nul besoin de presser un quelconque bouton, car l’action se fait automatiquement. Chaque élimination fait progresser une barre qui, une fois remplie, augmente votre rang. Mais, si d’aventure, vous vous jetez sur un ennemi avec un chiffre en dessous de lui, cela signifie qu’il est plus puissant et c’est donc ce dernier qui remportera automatiquement la joute. La conséquence sera la perte d’un rang, ou la mort, si vous étiez déjà retombé au minimum.

Attention aux ennemis trop puissants !

Les plus puissants adversaires nécessiteront donc de faire appel à vos pouvoirs magiques afin de réduire leur niveau à un seuil inférieur au votre. Ceux-ci sont nombreux et particulièrement diversifiés : missiles dirigeables, boules rebondissantes, rayon paralysant ou électrisant… Attention, car ils consomment du mana et ne sont donc pas utilisables à l’infini. Pour se recharger, il faudra ramasser les cristaux laissés à terre par les ennemis. Après chaque décès une pierre tombale reste en arrière, la ramasser vous donnera un boost de puissance particulièrement bienvenue.

Du côté des graphismes, Ritual présente une copie propre, bien que simple. Les niveaux font penser à une localisation sur un plan éthéré ce qui colle parfaitement au background. Les différents personnages et éléments sont bien visibles ce qui est fort appréciable lorsque l’action s’accélère. Cependant, selon les pouvoirs magiques utilisés, le nombre de projectiles à l’écran peut dépasser la centaine, plus les cristaux de mana… Il devient alors plus difficile de s’y retrouver. Les chiffres indiquant le niveau des ennemis sont également parfois dissimulés par le décor, menant à quelques erreurs. Une autre symbolique comme une aura rouge autour des monstres trop puissants aurait peut-être mieux convenu. Néanmoins, le moteur du jeu tourne parfaitement bien et malgré les centaines d’éléments parfois affichés simultanément il n’y a jamais le moindre ralentissement ; et cela, aussi bien en mode nomade que docké sur la télévision.

Les niveaux peuvent finir un peu chargés…

Côté bande-son, on sent que le strict minimum a été réalisé. Bruitages et musique se fondent dans le jeu sans nous laisser un souvenir impérissable ou, à contrario, nous agacer. C’est suffisant, mais on regrette que le tempo ne suive pas l’action à l’écran par exemple ; ce qui aurait pu renforcer l’immersion.

Côté durée de vie, le titre ne propose qu’une seule aventure en solo. Votre chance lors du drop des compétences à chaque passage de niveau impactera directement votre temps de jeu. J’ai eu la chance d’avoir une capacité magique dès le début particulièrement forte (limite cheatée) qui m’a permis de survoler quasiment tous les tableaux. Comptez environ 5 heures pour voir défiler les crédits. Si toutefois vous faites partie des joueurs atteints de collectionite aiguë ; vous pourrez essayer de débloquer l’intégralité des pouvoirs. La durée de vie pourrait doubler, voire tripler, puisque leur attribution est au hasard et sachant que les acquérir une autre fois renforce leur puissance…

De quoi varier le gameplay à loisir

En contenu supplémentaire, un mode New Game + se débloque après avoir battu le boss de fin. Vous recommencez à zéro, mais en gardant les compétences, armes, orbes et sorts que vous aviez d’équipé. Le reste est perdu. La difficulté y est rehaussée et devrait satisfaire un peu plus les joueurs cherchant un du challenge.

Ritual est une expérience agréable  et qui a le mérite de proposer un scénario là où d’autres productions se contentent d’un enchaînement de tableaux. Un équilibrage de compétences serait la bienvenue, car certaines sont loin devant en terme de puissance gâchant peut-être la difficulté globale. Le format portable de la Switch est un terrain de jeu privilégié pour un titre comme celui d’Hexage, dont les niveaux sont suffisamment courts pour être parcourus le temps d’un trajet en transport en commun. Une expérience multijoueurs aurait été un plus avec, par exemple, de la coopération. Peut-être dans une éventuelle suite…

Test de RITUAL réalisé par Patbol1 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés

Laisser un commentaire