Test : Shadows 2: Perfidia Sur Nintendo Switch

SHADOWS 2: PERFIDIA

Genre : Action, Aventure, Horreur
Langues : Anglais
Développé par MrCiastkuIceTorch Interactive
Édité par Ultimate Games
Sortie France : 06/08/2019
Prix : 7,99€ sur l’eShop
Taille : 2649,75 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 18 Ans

Site Web Officiel

Vous incarnez ici un gardien de nuit officiant dans un immeuble de Bureau. Après une soirée visiblement très arrosée (attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé… mentale) vous vous retrouvez seul… du moins, c’est ce que vous pensiez. 

Quelques restes de la fête, une des seules images réconfortante dans cet immeuble.

Après avoir diffusé d’étranges images, les écrans de surveillance ont rendu l’âme et bientôt des bruits effrayants se font entendre. C’est donc la peur au ventre et seulement armé d’une lampe de poche que vous allez commencer votre enquête. Une investigation qui va cependant tourner court puisque bientôt vous n’aurez plus qu’une envie, fuir au plus vite ce bâtiment maudit.

Si à première vue, Shadows 2: perfidia est un jeu au concept maintes fois abordé, au final il n’en est rien. En effet, ici pas de barre de vie ni même de combat acharné contre des zombies ou autres monstres. Seule la santé mentale du héros doit être surveillée de prêt afin de ne pas sombrer dans la folie qu’engendre l’immeuble maléfique. Lorsque des bruits ou des apparitions effrayantes vont surprendre votre personnage, par exemple, son coeur commencera à battre la chamade, il vous faudra donc le calmer. Pour cela, vous devrez  soit donner une boisson énergisante à votre héros (pour le calmer?!?) ou l’emmener dans un lieu sûr puis appuyer longuement sur la gâchette R afin qu’il ferme les yeux pour retrouver ses esprits.
Seulement voilà, vous vous doutez bien que ce « léger » handicap ne va pas être la seule contrainte que vous allez devoir subir. Vous allez vite vous apercevoir qu’en plus d’être presque aussi rares que le dahu, les piles de rechange de votre lampe torche ont été achetées dans un « tout à un euro » et s’usent donc à vitesse grand V. Il vous faudra donc jouer sans cesse avec l’intensité lumineuse du précieux objet, tout en l’éteignant lorsque vous connaissez déjà un lieu sous peine de devoir faire votre exploration à tâtons et ainsi rater des choses importantes.     

Voici l’écran qui vous donnera les infos sur votre lampe ainsi que votre santé mentale… jusqu’ici tout va bien.

La vue à la première personne ainsi que le peu de boutons servant à interagir avec le décor rendent la prise en main de Shadows 2: Perfidia assez instinctive. Même si parfois les icônes ne sont pas vraiment flagrantes et qu’il va vous falloir passer plusieurs fois par un même endroit afin d’apercevoir un objet important.

Sachant que ce jeu a été développé par une firme indépendante, il ne s’en sort pas si mal d’un point de vue graphique. Alors certes, les couloirs ainsi que les tableaux accrochés aux murs sont un peu répétitifs, mais le tout est assez agréable à regarder. De plus, comme dans la série des Silent Hill, le côté un peu flou et obscur rend l’immeuble encore plus malsain et angoissant. De plus, le fait de voir le décor au travers d’une lampe de poche permet de s’immerger encore plus dans l’ambiance du soft.

En plus d’acheter leurs piles au rabais, les propriétaires de l’immeuble ont des goûts douteux en matière d’art !

La bande-son de Shadows 2: Perfidia a été voulue ultra-minimaliste. Pas de musique, mais seulement les bruits que l’on pourrait entendre dans un immeuble vide. Et c’est sûrement là que IceTorch Interactive a joué son coup de maître. Tout comme le héros, il va vous arriver de paniquer lorsqu’un bruit bizarre va soudainement se faire entendre, et cela plus encore que si vous étiez bercé tout au long de l’aventure par une musique d’ambiance. Il est d’ailleurs vivement conseillé de jouer avec un casque audio afin de profiter pleinement de l’aventure. L’alliance des battements de coeur du héros et des tremblements des Joy-Con risque même de vous faire perdre vos moyens par moments.

Ce qu’il faut tout d’abord savoir au sujet de Shadows 2: Pefidia sur Switch, c’est qu’il bénéficie d’un scénario supplémentaire par rapport aux versions précédentes. Vous pourrez incarner ici deux personnages, Joe et Michael, les deux ayant un cheminement différent au sein de l’immeuble.

Voici un exemple des petites notes qui vous aideront à avancer dans le jeu.

Si cela double la durée de vie du soft, il est peut-être un peu dommage que les développeurs n’aient pas plus diversifié les deux expériences. Dans les deux cas, vous commencerez au dixième étage et devrez descendre ces derniers un à un jusqu’à la sortie. Donc, lorsque vous aurez compris les ficelles du gameplay pour Joe, le cauchemar de Michael ne devrait pas trop vous poser de souci. D’autant plus que les énigmes sont assez simples, vous devrez réaliser des calculs basiques, chercher des mots de passe d’ordinateurs sur des notes ou tout simplement trouver une suite de clefs ouvrant les portes qui vous mèneront au prochain étage. Seules quelques missions assez gores viendront mettre un peu de piquant à la partie (notamment un passage avec une scie à métaux que la série des Saw n’aurait pas reniée… mais nous ne vous en dirons pas plus).
À savoir tout de même que les programmateurs ont caché des objets collectors qu’il vous faudra dénicher pour compléter votre collection. Un petit plus, qui mine de rien (et mine de crayon) devrait vous occuper encore un peu plus.

Shadows 2: Perfidia est un jeu qui plaira sans nul doute possible aux amateurs de grands frissons. Son ambiance (graphique et sonore) ainsi que son gameplay assez novateur devraient donner quelques sueurs froides et cela même aux joueurs les plus aguerris. Après, l’interdiction au moins de 18 ans est peut-être un brin exagérée, mais bon, qui sommes-nous pour juger de ce genre de décision?  Un très bon titre.

 

Test réalisé par Jean  sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés

Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire