Test : Shape of the World sur Nintendo Switch

Shape of the World

Genre : Aventure, Simulation
Langues : Français
Développé par Seaven Studio et Hollow Tree Games
Édité par Plug In Digital
Sortie France : 06/06/2018
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 1332, 74 Mb

Site Web Officiel

Ce n’est pas une histoire complète et intrigante qui vous attend avec Shape of the World… D’ailleurs, ce n’est même pas une histoire, tout court. Oui, il est bon de savoir que Shape of the World est un jeu qui privilégie principalement l’exploration plutôt que la narration. Ainsi, il n’y a pas de dialogue ou de choix à effectuer, hormis celui de marcher, s’arrêter, admirer un instant l’endroit dans lequel vous êtes. Littéralement, le jeu vous propose pour seul objectif que de vous promener et d’explorer les lieux qui se déploieront au fur et à mesure sous vos yeux.

Heureusement, il existe plusieurs lieux à explorer. Chacun de ces mondes est différent et propose un environnement propre, avec une faune et une flore plus ou moins importante. Il sera ainsi possible, par exemple, d’explorer les cours d’eau et de nager parmi les poissons, comme il est également possible de marcher parmi des créatures étranges dans les prés. Le joueur pouvant ainsi se retrouver dans une vallée, ou dans une baie et bien d’autres lieux naturels.

En ce qui concerne le gameplay, il n’y aura pas à mémoriser énormément de touches pour apprécier le jeu. En effet, il est seulement possible de sauter, d’interagir avec des éléments  et de lancer des graines grâce aux gâchettes de votre Switch (en mode portable) ou de la manette. Une fois lancées, les graines poussent et font apparaître des arbres devant nous. Autant dire que là aussi, comme pour le scénario, les développeurs ont fait le choix d’épurer leur gameplay pour proposer une expérience vidéo-ludique à part mais tout aussi charmante et plaisante, qui semble se focaliser davantage sur la direction artistique et musicale que sur le scénario.

Véritable invitation à la promenade et à la découverte des différents environnements, le joueur devra tout de même se diriger vers des portails en forme de triangle, afin d’accéder à la suite. Pour ce faire, il faudra interagir avec certains éléments pour débloquer un passage ou un escalier. Ainsi, dans Shape of the World, nous sommes amenés à découvrir près de 9 mondes divers, en commençant par la vallée, puis le rivage, la baie et bien d’autres endroits, parfois tout aussi charmants qu’inquiétants.

C’est probablement sur les points des graphismes et de la bande sonore qu’il y a davantage de matière. Il semblerait que les développeurs aient privilégié principalement les visuels, qui s’avèrent très colorés, voire flashy ou certaines fois pastels, pour inviter le joueur vers une promenade clairement psychédélique. Du rouge côtoie du noir, du bleu illumine le ciel qui se dessine sous vos yeux, les arbres arborent des feuilles aussi blanches que la neige… Cela peut-être un peu déstabilisant au début, mais très vite l’œil s’habitue à ces décors et en apprécie chaque recoin.

Si les graphismes peuvent être interprétés comme psychédéliques, il n’en est rien pour la bande sonore. Composée de bruitages d’animaux, de nature mais aussi de musiques douces, elle est très agréable aux oreilles et nous accompagne très bien tout au long du jeu. Ces éléments précis font de Shape of the World un jeu très reposant et agréable.

Vous vous en doutez la durée de vie n’est pas très très longue. Elle dépend principalement du temps que vous passerez à explorer les différents mondes. Pour donner tout de même une idée sur cet aspect, en moyenne, le jeu peut se terminer en 1 heure, voire 1 heure et demi. Ce qui n’est pas beaucoup comparé à d’autres productions vidéo-ludiques (on vous l’accorde), mais cela reste relativement correct et suffisant pour un jeu de cette trempe.

Et pour ceux qui auront aimé et voudront se relancer dans l’aventure après quelques jours ou quelques mois, sachez que cela est possible. Le point positif est le fait que le jeu propose différents environnements regroupés en chapitre. Il est donc possible d’en sélectionner un dans le menu principal et de se lancer à nouveau dans son exploration. D’autant plus qu’un premier passage dans les mondes ne devrait pas suffire pour tout voir et apprécier Shape of the World dans sa totalité. Un aspect plutôt important pour la communauté des joueurs et que les développeurs ont bien fait d’intégrer à leur œuvre.

Shape of The World fait probablement parti de ces ovni vidéo-ludiques que l’on croise une fois de temps en temps et qui permettent de souffler un peu de tous ces AAA et AA. Poétique à souhait, très beau visuellement, mélodique pour les oreilles, Shape of The World aura tout pour plaire à celles et ceux qui sauront faire preuve de sensibilité et ouvriront grand leurs yeux pour et face au spectacle qui les attend.

Test réalisé par PSYCHEDELIC2308 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire