Test : Siralim 3 sur Nintendo Switch

Siralim 3

Genre : RPG, Donjon, Monters catching
Langues : Anglais
Développé par Thylacine Studios LLC
Édité par Thylacine Studios LLC
Sortie France : 05/07/2019
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 332,40 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 12 Ans

Site Web Officiel

L’heure est grave, le terrible roi Siralim est de retour et sa folie meurtrière dépasse désormais les limites de son royaume. Vous êtes à la tête de Nex, le dernier bastion n’ayant pas succombé au despote sanguinaire. Cependant, votre peuple, peu habitué aux combats, est déjà à genoux et votre faible maîtrise de la magie ne vous permettra jamais de mettre fin au conflit. Heureusement, les Dieux, honteux de s’être fait berner par Siralim, vont vous aider dans votre quête pour la paix…

Voilà un exemple de dialogue qui perd grandement de son charme si on ne comprend pas bien la langue de Shakespeare.

Voilà une suite originale puisque les scénaristes de Siralim ont décidé de transformer le héros du deuxième volet en antagoniste dans celui-ci. À cela s’ajoutent des dialogues vraiment très drôles. En effet, les Dieux n’ont aucune foi en la réussite de leur “champion” et n’hésitent pas à lui faire remarquer dès que l’occasion s’en présente. Cependant, c’est là que le premier point faible du jeu se fait sentir puisque Siralim 3 est entièrement en anglais, les non-anglophones perdront une bonne partie du charme de l’histoire.

 

Sans parler de révolutionner le genre, Siralim 3 est bourré de trouvailles intéressantes. Parlons d’abord du système qui permet d’augmenter le nombre de vos monstres. Ici, pas de boules permettant de capturer les bestioles que vous rencontrerez. Il vous faudra préalablement les scanner lors d’un combat avant de vous rendre devant un autel sacré pour les invoquer. Pour pourrez donc assez vite vous retrouver à la tête d’une véritable armée. Ensuite, comme dans Pokémon vous pourrez les faire s’accoupler cependant ici cette union donnera une nouvelle créature et non un monstre étant de la même espèce que le père ou la mère.

Au démarrage du jeu vous devrez choisir la classe de votre personnage parmi cette liste.

Ceci nous amène au second point faible du jeu, qui devient vite le “farm du bonheur ” (comme le chantait si bien Cloclo ! n’hésitez pas à réagir sur cette vanne assumée à moitié). En effet, chaque monstre qui va naître ou être invoqué démarre avec une expérience de 1. Si cela ne pose pas trop de problèmes au début de l’aventure, très vite, ceci va devenir un véritable cauchemar puisque les joueurs devront faire un farming acharné afin de mettre tout le monde à niveau. En contrepartie, les développeurs ont boosté le côté personnalisable des créatures ce qui est fort agréable. Vous pourrez leur ajouter des armes, des gemmes de magie… afin de créer votre armée propre. Avec les mêmes monstres, certains auront une ligne de défense en béton alors que d’autres seront des attaquants redoutables.  Pour en finir avec le gameplay, l’option cloud dans les sauvegardes permet d’enregistrer votre partie afin de la récupérer sur n’importe quel autre support. Sachant que Siralim 3 est aussi disponible sur smartphones cela permet de toujours l’avoir à portée de mains.

D’un point de vue graphique, nous n’allons pas nous mentir, Siralim 3 est minimaliste. Seuls les nostalgiques des consoles 8-bits seront aux anges et pourront apprécier à sa juste valeur cet hommage au pixel art.  Après, ce côté old school (totalement assumé par les développeurs) n’affecte en rien le plaisir de jouer au jeu.

Je suis sur la chaîne NES du Nintendo Switch Online?!? À non, c’est Siralim 3…

La bande-son par contre risque de faire grincer plus de dents. Les musiques et autres sons étant particulièrement stridents et donc pénibles à écouter.

Si l’on parle durée de vie, Siralim 3, prend alors tout son sens. Avec 700 créatures au compteur, les collectionneurs compulsifs risquent de devoir passer des heures et des heures à arpenter les divers univers du jeu afin de tous les obtenir.

Dommage que les graphismes soient si old school parce que le character design est vraiment bien travaillé.

De plus, les armes que vous pourrez faire fabriquer par le forgeron du royaume ainsi que les donjons à explorer se générant aléatoirement, vous pourrez faire des allers-retours incessants sans pour autant avoir une impression pénible de répétition. Enfin, Thylacine Studios LLC nous propose une option qui permet à notre équipe d’affronter celle d’autre joueur (gérée par l’IA). Un petit détail qui permet de voir qui est le meilleur stratège de NEX et qui apporte encore quelques heures de jeu en plus.

Siralim 3 est un RPG plutôt complet qui tiendra en haleine durant des heures et des heures les joueurs qui arriveront à passer outre ses graphismes et sa bande-son datant d’une autre époque.

Test réalisé par Elderich sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire