Test : SNK 40th Anniversary Collection sur Switch

SNK 40th Anniversary Collection

Genre : Aventure, Jeu de tir, Action, Arcade
Langues : Japonais, Anglais, Français, Allemand, Espagnol, Italien
Développé par NIS America
Édité par Digital Eclipse
Sortie France : 16/11/2018
Prix : 39,99€ sur l’eShop, 39,99€ version boîte ici
Taille : 967,84 Mo
Joueurs : 1-2
Age minimum : 12

Site Web Officiel

Difficile de parler de scénario pour une compilation telle que celle-ci. Imaginez simplement que vous êtes de retour à la fin des années 70 et au cœur des années 80-90. Les bornes d’arcade attirent des joueurs qui ont envie de passer un moment convivial avec leurs amis. Certains d’entre eux iront plus loin et passeront des heures à s’acharner pour triompher des mécaniques des divers jeux qui voient le jour, non sans frustration et pièces dépensées, afin de réaliser le meilleur score possible. Imaginez… Cela fait maintenant 40 ans que SNK a envahi le marché avec une multitude de titres vous permettant d’incarner autant de personnages variés. Cette collection vient célébrer un anniversaire qui vous laissera (re)prendre les commandes d’avions, de chars d’assaut ou encore de combattants allant de soldats à un héros amnésique, voire même jusqu’à une déesse grecque !

Retour en arrière oblige, les opus présents dans SNK 40th Anniversary Collection ont des commandes simplistes. Attention, cela ne veut pas dire que les mécaniques de jeu le sont également, bien au contraire ! Ce voyage dans le temps se veut fidèle à l’expérience que proposaient les bornes d’arcade et à ce titre, la difficulté est bien présente, car le but était de faire dépenser un maximum de sous aux joueurs avides de scoring, entre autres. On vous proposera ainsi de venir à bout de hordes d’ennemis dans plusieurs Shoot ‘Em Up (Alpha Mission, Iron Tank: The Invasion of Normandy, Prehistoric Isle, TNK III, Vanguard) et Run and Gun (Guerrilla War, Ikari Warriors, Ikari Warriors II: Victory Road, Ikari III: The Rescue) ou Beat ‘Em All (P.O.W.: Prisoners Of War, Street Smart). Parmi tous ces jeux aux gameplay plus ou moins similaires (on tire/frappe sur tout ce qui bouge dans des niveaux à scrolling vertical ou horizontal dans lesquels il est généralement possible de viser dans 8 directions), il reste trois titres : Crystalis, un action-RPG, ainsi qu’Athena et Psycho Soldier, deux jeux de plateformes. Là où les deux derniers misent sur la capacité à sauter et/ou grimper, Crystalis se démarque particulièrement de tous les autres avec un gameplay un peu plus étoffé, auquel je vous propose de nous intéresser en détail.

En effet, vous pouvez non seulement vous déplacer dans huit directions, sauter et attaquer vos adversaires à coup d’épée, mais vous avez également des compétences magiques ou encore la possibilité d’utiliser des objets. Le titre vous laisse gérer votre inventaire et votre équipement (épées, armures, boucliers). Respectueux d’autres action-RPG de son temps, Crystalis vous pousse à faire évoluer votre personnage en lui faisant gagner des niveaux boostant son attaque, sa défense, et ses points de vie. La force du titre, c’est que chacune des épées se distingue par un pouvoir lié aux éléments (feu, eau, vent, et foudre), ce qui implique une dimension stratégique non-négligeable étant donné que les monstres/boss ont des sensibilités à prendre en compte lors de vos combats. De plus, ces pouvoirs ont également un rôle à jouer dans la nature, puisqu’ils vous permettent de la modifier pour venir à bout d’obstacles ou de zones bloquées.

Le point principal à noter concernant le gameplay global des opus inclus, c’est que les titres de l’époque étaient pensés pour être joués avec deux joysticks. L’adaptation sur Switch est donc parfaitement logique et c’est d’ailleurs une totale réussite puisque l’utilisation des Joy-Con procure les mêmes sensations de jeu que l’on retrouvait alors. Cependant, il faut noter que cette compilation vous donne aussi l’opportunité de tester la version console, c’est-à-dire NES, de certains opus. Ici, vous sentirez immédiatement la différence, car la manette de Nintendo ne comportait qu’une croix directionnelle ainsi que les boutons A, B, Start et Select. Ces versions sont de ce fait plus difficiles à prendre en main compte tenu de la précision réduite que l’accessoire impliquait. Cela peut être très problématique compte tenu du fait qu’une majorité des titres inclus nécessitent de viser vite et bien. Pour des jeux déjà bien ardus, cela est assez handicapant, et même très frustrant. Fort heureusement, les développeurs ont pensé à ajouter deux options bien pensées. La première vous permet de retourner en arrière et de reprendre votre partie à un moment qui vous arrange alors que la seconde est en réalité une fonction de sauvegarde fort utile.

Tout comme pour les contrôles, aucune surprise ici. Effectivement, les graphismes pixélisés et hauts en couleur sont identiques à ce que l’on trouvait sur les bornes d’arcades, de même que pour les musiques chiptunes ainsi que les bruitages. L’émulation est impeccable, les jeux très fluides et l’affichage irréprochable. D’ailleurs, les développeurs ont eu l’idée de proposer un paramètre très utile, notamment lorsque la console est en mode portable, qui donne la possibilité de jouer avec l’écran à la verticale. Cela étant dit, le confort de jeu n’est malheureusement pas des meilleurs dans cette position qui peut créer des tensions au niveau du cou. À cela s’ajoute d’autres réglages pour adapter la taille de l’écran ou de ses bordures.

Difficile de juger la durée de vie d’une telle compilation qui comporte 14 jeux à sa sortie ainsi que 11 DLC prévus pour le mois de décembre tant le temps passé sur les différents opus dépendra de vos compétences sur les jeux d’arcade et des titres qui vous donneront envie de jouer. Quoi qu’il en soit, vous ne bouderez pas votre plaisir, car chacun trouvera son compte dans cette ludothèque grandissante. En revanche, la comparaison avec les concurrents semble ici importante : le Nintendo Online donne accès à une multitude de licences cultes qu’on ne présente plus ; Capcom tape dans le fan service avec, entre autres, des collections pour la saga Megaman, Megaman X ou encore Street Fighter ; et SEGA va apporter sa pierre à l’édifice le mois prochain avec une compilation mettant notamment en avant sa mascotte ainsi que des softs de qualité comme les Phantasy Star.

Une question subsiste donc : que propose SNK pour se démarquer des autres ? Malheureusement, ce ne sont pas les titres de cet anniversaire qui constituent la force majeure de cette collection, car rares sont ceux qui sortent vraiment du lot et marquent réellement les joueurs en leur laissant un réel goût de retournes-y. Parmi ceux-là, on peut tout de même citer Crystalis, Athena, ou encore Prehistoric Isle. Petite précision supplémentaire, sachez que vous pouvez jouer aux versions américaines ou japonaises — bien souvent moins censurées — des jeux, ce qui peut plaire à certains.

Là où cette collection tire son épingle du jeu, c’est bien dans le contenu de son incroyable musée. Celui-ci est une véritable mine de trésors dans laquelle vous trouverez des pubs, des affiches, des behind the scenes, des images de journaux ou de guide des jeux, un historique de l’âge d’or de SNK en reprenant des titres allant de 1978 à 1990 pour pas moins de 74 présentations de jeux et la possibilité d’écouter les musiques (sauf pour Vanguard et Iron Tank: The Invasion of Normandy). Du bonheur pour les nostalgiques ! Enfin, notez que SNK vous donne la possibilité de regarder une sorte de let’s play parfait de chacun des opus, cela afin de mieux cerner leur gameplay. Ce mode ne s’arrête toutefois pas là, car il peut être considéré comme une version « facile » étant donné que celui-ci vous permet de reprendre les contrôles à votre guise et de continuer la partie où vous le voulez ! Une idée ingénieuse, notamment si vous êtes coincé quelque part ou qu’un boss vous donne du fil à retordre.

SNK 40th Anniversary Collection est un véritable hommage à SNK. Le soft permet de se défouler à travers divers Shoot Them Up, Beat Them All et Run and Gun ainsi que dans deux jeux de plateformes et un action-RPG. Même si la qualité de ces titres est très irrégulière et que rares sont ceux qui marquent vraiment les joueurs, cette compilation reste une réussite, principalement grâce à un très beau musée et quelques très bonnes idées qui lui permettent de se distinguer de ses concurrents, qui misent eux sur la fibre nostalgique ainsi que sur des licences cultes. Il n’est donc pas aisé de juger une telle compilation tant elle est variée et tant elle touche différents types de joueurs. Au final, son argument principal, c’est peut-être qu’il s’adresse un peu à tout le monde, car chacun y trouvera forcément son compte.

PRECOMMANDER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI 

Test réalisé par LYNIX WITT sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés

Laisser un commentaire