Test : SNK Heroines Tag Team Frenzy sur Nintendo Switch

SNK Heroines Tag Team Frenzy

Genre : Combat
Langues : Anglais, Allemand, Français, Espagnol, Italien, Japonais
Sous-titres : Japonais, Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol
Développé par SNK
Édité par NIS America
Sortie France : 07/09/2018
Prix : 49,99 € sur l’eShop, 39,99 € version boîte ici
Taille : 12233,74 Mo

Site Web Officiel

A l’image de tout le reste de ce cross-over féminin signé SNK, l’histoire du jeu est totalement barrée : Kukri, un espèce de pervers fétichiste, a téléporté dans une dimension parallèle les femmes les plus emblématiques des jeux de combat SNK afin de les faire s’affronter dans des accoutrements d’idols. Le but : de leur frustration liée à ces tenues et ces mises en scène grotesques, faire ressusciter une sombre statue qui pourra amener Kukri dans notre dimension et étendre son fétichisme à notre planète.

Vous étiez prévenus, le pitch est réellement surréaliste et sert surtout de prétexte à balancer du fan-service à outrance et à tous les niveaux, sachant que les héroïnes portent des tenues très légères. Bref, si le scénario se termine assez vite (moins d’une trentaine de minutes) avec ses cinq combats, il possède une bonne rejouabilité puisque chacune des filles aura ses propres cinématiques et saynètes qui changeront en fonction de votre coéquipière.

Voici le gros du morceau : SNK Heroines Tag Team Frenzy est le genre de jeux de combats qui se veut à la fois accessible aux débutants et assez technique pour plaire aux amateurs du genre. Les touches sont simples et les coups traditionnels : des attaques faibles, fortes, spéciales et une choppe, le tout se combinant via des combos liés à la croix directionnelle. Ajoutez un bouclier et quelques esquives et le tour est joué. Seulement, le soft de NIS America se démarque par le fait qu’on ne puisse pas mettre un adversaire K.O. simplement en le rouant de coup : un Dream Finish est nécessaire et chaque héroïne en possède deux. Il faudra donc non seulement vider la barre de vie de la femme fatale adverse, mais également jouer assez bien pour pouvoir remplir votre jauge de Dream Finish.

Pour cela, en plus de la panoplie de coups évoquée plus haut, quelques atouts supplémentaires s’offrent à vous. Déjà vous n’êtes jamais seule puisque comme le titre du jeu l’indique, vous devez avoir une partenaire de combat. Elle peut soit vous remplacer (et bien entendu vous la contrôlerez) soit servir d’assist en vous aidant à l’aide d’objets récupérables sur le terrain. Ces derniers auront soit un rôle de Heal qui vous guérira ou vous rendra plus forte, invulnérable… ou un rôle d’attaque en vous servant d’arme. C’est variable, mais généralement cela gênera fortement l’ennemie en la paralysant, la faisant chuter ou l’envoyant valser, tout simplement.

Hormis l’aliasing présent, surtout sur les screens et quelques plans rapprochés, SNK Heroines est un jeu plutôt joli. Certes, les décors ne sont pas extraordinaires, mais la modélisation des combattantes est parfaite. Le character design est sublime et les tenues de fan-service vous raviront, d’autant plus qu’elles sont très largement personnalisables, ce qui n’est clairement pas pour nous déplaire. D’ailleurs, une galerie est disponible et son contenu se débloque via de l’argent gagné en combattant et en finissant les divers modes. Les options de personnalisation se débloquent de la même façon et vous permettront d’exposer vos plus beaux clichés via un mode photographie où vous pourrez même faire prendre une superbe pose d’idol à vos protagonistes favorites.

Bien entendu, cross-over oblige, la bande-son intègre le thème principal de chaque combattante (ou de son jeu), il y a donc de tout et cela contentera toutes les oreilles. Sachez d’ailleurs que la voix du commentateur peut être changée pour celle de n’importe laquelle des héroïnes SNK, dont le doublage est de qualité plus que correcte. Clairement, pour un jeu qui s’assume pleinement fan-service, le boulot est fait.

Cela a été évoqué à travers les paragraphes précédents, mais vous aurez bien compris que le contenu du titre est réellement conséquent, surtout pour un jeu aussi parodique. Outre les traditionnels mode Histoire, Versus, Tutoriel et Entraînement, le soft propose un mode Survie où vous devez combattre jusqu’à ce que mort s’en suive, ainsi qu’un mode en ligne. En plus de ça, le Studio et la Galerie proposent de débloquer une quantité énorme de choses via l’argent gagné en combat et même si la richesse vient rapidement, vous n’obtiendrez pas tout en quelques parties seulement.

SNK Heroines est typiquement le genre de titre adapté à la Switch où vous pouvez passer votre après-midi à essayer de tout débloquer, maîtriser les 14 combattantes et exploser tout le monde en ligne, comme vous pouvez n’y passer qu’un combat ou deux, et basta !

Autant dire que c’est le joueur qui décidera de la durée de vie qu’il lui accorde, mais pour celui qui veut tout voir, tout débloquer et tout finir, il n’a clairement pas à s’inquiéter : son argent a bien été investi.

Accessible, fun et bourré de fan-service, le cross-over féminin de SNK n’en reste pas moins un jeu très complet et réalisé avec soin, aux possibilités nombreuses et un gameplay maîtrisé ; encore heureux puisque SNK est l’un des maîtres du jeu de combat 2D. Transpirant de clins d’œil à ses licences phares, telles que King of Fighters ou Fatal Fury (plus étonnant !), le titre plaira forcément aux fans de ce studio et même aux néophytes qui pourront éventuellement découvrir de nouvelles licences plus ou moins riches via ce titre. On ronchonnera peut-être sur le roster pas très complet (seulement 14 combattantes), sachant que des DLCs sont d’ores et déjà prévus, et du coup sur son prix un peu élevé également. Vous savez que vous ne mettez pas la main sur le jeu de combat le plus pointilleux de ces dernières années, mais sachez qu’il fait largement le travail qu’on lui demande : passer un bon moment en charmante compagnie !

Test réalisé par IBLIS sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire