Test : Terraria sur Nintendo Switch

Terraria

Genre : RPG, Action
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien
Développé par Re-Logic
Édité par 505 Games
Sortie France : 27/06/2019 en version téléchargeable
Prix : 29,99€ sur l’eShop, 24,99€ en version boite ici
Taille : 364,90 Mo
Joueurs : 1 à 8
Age minimum : 12 ans

Site Web Officiel

Annoncé il y a un peu plus d’an, Terraria débarque ce mois de juin sur Nintendo Switch. Après un gros travail sur le portage du titre et en particulier sur la gestion de l’inventaire avec les Joy-Con, le voilà enfin en version dématérialisée. À proprement parler, le jeu ne bénéficie pas d’histoire. Le but étant d’explorer un monde très vaste avec divers décors (forêt, océan, désert, donjon, montagne…). Il vous sera également demandé de combattre un panel de monstres et de bâtir des habitations pour les PNJ. Sans oublier de creuser le sol pour y découvrir des coffres, des ennemis et récolter du minerai.

En débutant votre aventure (avec des options à choisir au début du jeu), il faudra crafter rapidement du bois et de la pierre pour construire une maison de fortune. En effet, bons nombres d’adversaires rôdent la nuit. Ils tirent avantage de cette obscurité et sont donc plus dangereux que les créatures rencontrées en journée.

Avant de vous aventurer dans les souterrains, dans les airs ou tout simplement sur terre, vous pourrez commencer par une phase de tutoriel. Extrêmement simple, elle vous détaillera les quelques boutons pour appréhender l’opus. Le reste, c’est-à-dire quasiment tout, sera à découvrir et croyez-moi, l’éditeur nous a gâté.

Le soft est sorti initialement sur PC car il s’agit d’un jeu de gestion et la souris est le meilleur outil pour tirer parti de cet aspect. Sur Nintendo Switch, le studio a dû composer avec les Joy-Con, la tâche n’étant pas facile. Un grand travail à été réalisé avec succès. Le titre bénéficie en l’occurrence d’un inventaire conséquent et c’est peut-être là où il souffre le plus en terme de maniabilité. Passer d’un item à l’autre nécessite une bonne connaissance des commandes, il vous faudra un peu de temps pour vous y habituer mais après une bonne session de jeu, fce point devrait vite être réglé. Dans cet inventaire, il sera possible de crafter des objets, attribuer des maisons, s’équiper… En somme, beaucoup de possibilités.

Terraria est ce que l’on appelle un jeu de type sandbox c’est-à-dire bac à sable. Il profite d’une réalisation en 2D avec des blocs disposés du sous-sol jusque dans les airs. Ce n’est pas sur ce point qu’il faut retenir le titre. En soit, les graphismes sont simples mais c’est aussi avec le système du pixel qu’il va falloir composer pour arriver à la gloire ultime.

Côté bande-son rien d’exceptionnel, il s’agit plutôt dune musique d’ambiance liée à l’environnement où vous vous situez. Par exemple, vous aurez la même musique en boucle dans une zone « forêt » et dès que vous irez dans un endroit enneigé, la musique changera sans interruption.

Avant d’entamer une nouvelle partie, vous allez devoir créer un personnage avec quelques réglages sympathiques et références (possibilité de l’habiller comme un certain plombier moustachu). Suite à cela, vous allez pouvoir lancer la game avec un choix sur la taille de la map et la difficulté. L’opus propose là un énorme monde ouvert généré aléatoirement.

Le titre propose plusieurs difficultés ce qui permet aux connaisseurs d’une autre plate-forme de pimenter leur aventure. Mais si vous êtes novice, comme moi, la partie sera bien assez compliquée au début. Les ennemis, de jour sont simples à abattre mais ceux de la nuit requièrent un peu plus de technique. Au-delà de ça, plus vous allez creuser et plus vous tomberez sur des monstres difficiles avec à la clé un stuff plus intéressant. Aussi, l’opus se veut RPG, vous devrez augmenter votre vie et votre mana à travers certains éléments disponibles. De plus, vous rencontrerez des boss avec un grand nombre de PV.

En dehors de miner des galeries pour trouver des coffres avec du butin intéressant, il faudra également crafter. Au début, vous n’aurez accès qu’à un certain nombre d’objets mais avec le temps, et bien évidemment les matériaux que vous récolterez, vous allez pouvoir continuer à créer de nouveaux objets. Le développeur lui-même le dit sur la page officielle, le jeu donne accès à 3500 items autant dire que c’est énorme !

Enfin, ne vous attendez pas à terminer votre partie au bout d’une poignée d’heures. Il faudra vous armer de patience… Les possibilités étant infinies, vous passerez de longs moments à partir en découverte du titre. Ajoutez à cela, le fait de pouvoir reprendre son personnage avec son équipement dans une nouvelle map.

En ce mois de juillet 2019 ensoleillé, Terraria arrive sur Nintendo Switch. Vous voilà armé pour des heures et des heures d’exploration. Si le soft ne dispose pas d’une direction artistique riche, il faut se concentrer sur son contenu dantesque. Malgré un gameplay simpliste, il devient vite addictif et difficile de s’en détacher. L’envie de creuser toujours plus loin à la recherche d’équipements de qualité ou de créer de splendides demeures pour les PNJ vont vous occuper. De plus, la maniabilité a été très bien travaillée et c’est un point non-négligeable pour un opus de cet acabit. L’inventaire et la construction sont facilités pour vous permettre d’arriver à l’essentiel rapidement. Toutefois, attention dans l’exploration, les nombreux mobs et boss présents s’acharneront sur vous. À noter qu’une version boîte est prévu pour le mois d’août et que vous pouvez la précommander ici.

Test réalisé par SuperPopux sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés

Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire