Test : The Coma: Recut sur Nintendo Switch

Test : The Coma: Recut sur Nintendo Switch

Genre : Aventure, Stratégie, Horreur
Sous-titres : Anglais, Espagnol, Français, Japonais, Russe, Coréen, Thaï, Chinois, Turque, Allemand, Ukrainien

Édité par Headup Games
Développé par Devespresso Games
Sortie France : 16/10/2020
Prix : 14,99€ sur l’eShop, 29,99€ version boîte
Taille : 1333,00 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 12

Site Web Officiel

Sehwa High Blood Musical

Être étudiant en Corée ne vous exemptera pas d’examens. Youngho en est la preuve vivante: ce jeune étudiant entame une belle journée d’examen après avoir passée une effroyable nuit blanche. Histoire d’enfoncer le clou, un étudiant de son école vient de faire une tentative de suicide au sein même de l’établissement.

Malgré les interrogations des élèves, les examens sont maintenus. Après un bref entretien avec Melle Song, sa prof préférée, Youngho commence son examen…et s’endort ! Il finit par se réveiller mais quelque chose à changer. Sa prof préférée aussi.

Melle Song vous présente l’écran de Game Over

Cache-cache mortel

La découverte de ce lycée alternatif est un pur survival-horror en 2D. Armé d’une lampe torche et d’un sac à dos, vous devrez enquêter mais surtout rester en vie. Fuir et se cacher seront les clefs de la survie.

Le traumatisme des cours de flûte continue

Il faudra gérer votre jauge d’endurance (course et instant d’arrêt) ainsi que votre santé. Ne comptez pas combattre, la fuite est la base du gameplay. Quelque soit l’utilisation de la Switch, Youngho répondra très bien aux commandes.

Sac à dos d’ado

Il sera vite plein. Choisissez bien !

Votre sac sera le menu d’inventaire, la poche intérieure contenant les objets clefs. Porter des consommables est limité en case, vous en laisserez souvent dans les pièces visitées. Enfin uniquement si vous jouez bien car la tueuse interviendra un peu aléatoirement. Sursauter et se faire blesser doivent vite s’estomper pour laisser place à la seule solution possible: fuir sans bruit. Sinon vous vous ruinerez en consommables pour restaurer votre vie.

Sang pour sang peint à la main

Le lycée et ses étudiants ont une touche artistique particulière. Dessiné à la main, il ressort du design une agréable sensation de malaise, notamment dans les moments horrifiques du jeu.

Sans excès gore, l’ambiance malsaine nous fait vite oublier l’animation un peu spéciale de Youngho qui a l’air d’avoir moins peur que nous.

Des bruits de couloirs

L’ambiance sonore est principalement composée de bruitages très efficaces. En nomade avec un casque sur les oreilles, l’immersion n’en est que meilleure et vous permettra d’anticiper certains pas de la tueuse. Oui, je dis bien certains car elle peut apparaître soudainement accompagnée d’une angoissante musique propre au cinéma d’horreur. Sursaut garanti malgré tout.

Student Evil 2D

Pas de doute: c’est un survival-horror classique. Fouiller le lycée vous demandera de faire des allers-retours, de lire des notes, de déverrouiller des portes, de sauvegarder sur les tableaux…en évitant de vous faire saigner. Faire le tour du lycée et percer le mystère demandera une poignée d’heures pour les habitués. Les novices découvriront un survival-horror qui va droit au but, sans allonger artificiellement sa durée de vie. Ce qui est bien agréable pour une entrée en matière.

Ne pas bouger, ne pas…

The Coma: Recut for Halloween

Le titre profite d’une réédition estivale (une mise à jour pour les détenteurs du tire) et se voit agrémenter de nouveaux dialogues ainsi que divers petits effets graphiques renforçant l’effet malaisant.

Un étudiant très…spécial

Le contenu reste cependant identique et l’album bonus ne sera pas plus étoffé que ça.

Drapé d’un léger lifting pour Halloween, The Coma: Recut reste un bon représentant du survival-horror sur Nintendo Switch. La visite cauchemardesque du lycée sera courte mais éprouvante pour les novices. En revanche, les habitués le traverseront sans trop de difficulté mais en ayant la peur au ventre. Et c’est bien le principal.

Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire