Test : Two Point Hospital sur Nintendo Switch

Test : Two Point Hospital sur Nintendo Switch

Genre : Simulation, Stratégie
Langues : Anglais, Allemand, Mandarin

Sous-titres : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Russe, Chinois
Développé par Two Point Studios
Édité par SEGA
Sortie France : 25/02/2020
Prix : 39,99€ sur l’eShop, 39,99€ version boîte
Taille : 1698,00 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 3

Site Web Officiel

Je suis le maître du monde !

À première vue Two Point Hospital est le digne héritier de Thème Hospital sorti il y a plus de 20 ans (ah oui le temps passe vite).

Nous voici donc propulsés à la tête d’un hôpital où vous serez le roi du monde en gérant tout de A à Z. Pas de panique si vous n’êtes pas habitués aux jeux de simulation, car un assistant vous guidera et prodiguera des conseils (à désactiver si vous le souhaitez).

 

C’est ici que tout commence…

Lorsque vous démarrez une partie de Two Point Hospital, vous avez une coquille vide, juste les murs d’un premier bâtiment. Une fois votre compte en banque bien renfloué il sera possible d’acheter des extensions afin d’agrandir votre hôpital. Il vous faudra donc installer une réception où les patients viendront s’inscrire. Par la suite, ils devront aller voir le généraliste puis en fonction du diagnostic se rendront à la pharmacie ou seront redirigés vers un spécialiste. Vous devrez également penser à installer des toilettes, distributeurs de boissons/confiseries, boutiques, téléphones, plantes, radiateurs, climatiseurs, posters, kiosques et bien d’autres choses …

Allez-vous privilégier la quantité à la qualité ? Vos décisions auront un impact sur la santé psychologique de vos employés et des patients.

 

C’est grave docteur ?

Les maladies sont plus loufoques les unes que les autres. Voici un florilège de ces dernières : Réveil difficile, diarrhée verbale, marmitête, fuite de cerveau, os courts, égo surdimensionné, rire contagieux, débloque star… vous aurez le descriptif de la pathologie qui risque de vous faire sourire ou même tordre de rire, attention à ne pas vous blesser en riant trop fort. Il y a certaines maladies qui sont curables grâce à des machines spécifiques, vous aurez donc le droit à quelques animations si vous zoomés un peu sur la salle d’examen.

Si vos médecins n’arrivent pas à soigner les patients vous aurez sans doute une invasion de fantômes … Heureusement, les agents de maintenance ayant la spécialisation «Fantôme» pourront les capturer  via un aspirateur.

C’est moi le chef !

Il va falloir embaucher votre personnel (médecins, assistants, infirmiers et agents d’entretien) avec toutes ces subtilités car vous allez visualiser les traits de caractère, compétences et salaires demandés. Chaque employé dispose de 5 emplacements de formation. Il va de soi qu’un médecin avec plusieurs emplacements déjà occupés demandera un salaire plus élevé qu’un simple étudiant en médecine : l’avantage est la possibilité de le former soi-même, au sein de l’hôpital avec un formateur extérieur onéreux, ou un membre du personnel déjà qualifié.

Là aussi l’humour est bien présent. Attention à ne pas oublier une salle de repos où ils pourront se détendre un peu mais attention car il y a de nombreux malins qui peuvent y rester un peu trop longtemps.

Vous pouvez gérer le temps de pause des employés, les augmentations de salaire, les formations afin d’obtenir une équipe de rêve mais attention aux desiderata de certains… Pour éviter la monotonie, il vous faudra gérer des urgences dans un temps limité. Le maire, le ministres de la santé et quelques journalistes viendront régulièrement visiter votre établissement pour relayer leur ressenti, attention aux mauvais pas, cela peut être catastrophique pour votre réputation. Des défis vous seront proposés régulièrement par votre personnel  comme augmenter le prestige de certaines salles dont la salle de repos (les malins), ou soigner un nombre de patients, ne pas avoir de décès pendant une période donnée …

Vous aurez de nombreuses missions à accomplir  afin d’avancer dans l’histoire. Chaque hôpital a des caractéristiques différentes : les soucis climatiques, les tremblements de terre, des centrales nucléaires… Il faudra s’adapter car une organisation qui fonctionne dans un hôpital ne sera pas forcement viable dans un autre.

 

Qui a dit que gérer un hôpital était un jeu d’enfant ?

Le gameplay est simple avec une vue de dessus. Si vous avez joué à Thème Hospital vous ne serez pas perdu.

Je peux y jouer les yeux fermés enfin presque.

Les différents menus sont très intuitifs et il ne nous faudra pas plus de 5 minutes pour maîtriser les combinaisons de boutons afin d’accéder aux fonctions souhaitées. Il sera possible d’arrêter ou d’avancer le temps selon vos besoins. Dans les options un choix s’offre à vous : sauvegarde automatique mensuelle, trimestrielle, semestrielle, annuelle ou désactivée. À noter que lors des sauvegardes, le jeu ralentit un peu malheureusement, mais uniquement quelques secondes.

C’est cartoonement beau.

Concernant les graphismes de Two Point Hospital, cet opus est en 3D cartoon en vue de dessus. Vous pouvez zoomer et dézoomer à souhait.  Les couleurs sont assez vives et les détails sont soignés. N’hésitez pas à regarder de plus près toutes les cinématiques car elles valent le détour. Vous verrez votre personnel se mouvoir de façon particulière pour certains d’entre eux en fonction de leur caractère.

Vous aurez également accès à de nombreuses statistiques dans des menus bien organisés où vous pourrez suivre l’avancement de votre hôpital, modifier les prix des traitements et emprunter des fonds mais attention aux intérêts bancaires.

Au revoir la musique d’ascenseur.

La bande-son est plutôt sympathique avec de nombreuses musiques qui se succèdent (plus de 10) dont vous ne vous lasserez pas. Vous aurez le plaisir d’entendre des bandes-annonces de films et des publicités entre les pistes musicales.

Un jeu copieux.

La durée de vie de Two Point Hospital est très longue et même quasi illimitée. Dans cette version vous avez accès au jeu initial sorti sur PC en 2018 et aux deux DLC (Bigfoot et Pebberley Island). Vous profiterez de 21 hôpitaux, 116 maladies loufoques ainsi qu’à des recherches scientifiques qui vous ouvriront d’autres horizons.

Une histoire sans fin qui a tout pour plaire.

Plus vous progresserez dans la partie, plus vous débloquerez des éléments de décoration, nouvelles machines, spécialités. À noter que ces avancées seront profitables à vos précédents hôpitaux afin de les améliorer alors que demander de plus ?

Two Point Hospital sur Nintendo Switch est une pure merveille, il est bel et bien le digne successeur de Thème Hospital. Une fois le jeu lancé vous ne pourrez plus éteindre la console car vous serez en immersion totale et vous ne verrez pas le temps passer. L’humour et la gestion de nombreux paramètres sont bien présents. Prenez le temps de regarder toutes les animations car elles valent le détour.  Pour les plus statisticiens d’entre vous,  vous trouverez de nombreux chiffres. La durée de vie est très longue et même sans fin car vous pourrez retourner sur vos précédents hôpitaux pour les améliorer grâce aux éléments que vous débloquerez.

Two Point Hospital est réellement complet avec pas moins de 21 hôpitaux et de 116 maladies loufoques qui vous feront passer de nombreuses heures sur cet opus.

Cette simulation est totale. Vous gérerez l’agencement de votre établissement (mise en place de salles de soin, décoration, loisirs, …), la gestion du personnel (embauche, formation, temps de pause, salaire, …), le tarif des soins, et bien plus encore.

Courrez chez votre généraliste pour demander une prescription de Two Point Hospital à ne pas prendre à dose homéopathique mais au long cours par intraveineuse.


Facebooktwitterredditpinterestmail

1 commentaire sur “Test : Two Point Hospital sur Nintendo Switch”

  1. Bonjour a tous j ai pu enfin mettre la main dessus
    Le 21/02 est je me régal dessus cette version switch est vraiment très propre j avais déjà joué a la version pc alors n hésiter plus foncé avec 2 dlc offerts avec le jeu sachant que sur pc il y en a 7 déjà

Laisser un commentaire