Test : Umihara Kawase BaZooka! sur Nintendo Switch

Test : Umihara Kawase BaZooka! sur Nintendo Switch

Test : Umihara Kawase BaZooka! sur Nintendo Switch

Genre : Plateformes, Party game
Langues : Multilingue
Développé par Sutio Saizensen
Édité par ININ Games
Sortie France : 29/09/2020
Prix : 29,99€ sur l’eShop, 29,99€ version boîte
Taille : 1252 MB
Joueurs : 1-4
Age minimum : 7+

Site Web Officiel

Umihara Kawase est une série de jeux de plateformes (presque) inconnue en Occident. En effet, les épisodes ne sont sortis qu’au Japon, les premiers ayant vu le jour il y a plus de vingt-ans sur Super Famicom. C’est sous l’impulsion d’ININ Games (Crosscode, Bubble Bobble 4) que cette licence kawaii fait son apparition chez nous avec Umihara Kawase BaZooka! sur Nintendo Switch.

Malheureusement on ne nous offre aucun élément contextuel. Il n’y a ni scénario ni textes nous expliquant qui sont les personnages, dans quel monde ils vivent, et le but de leur aventure. Difficile de faire découvrir une licence sans en dire plus sur l’univers. C’est vide, et tout ce que nous savons, c’est qu’il y a quatre mondes à traverser. En avant !

On reste dans le domaine du plateformer avec le personnage principal Kawase. Il s’agit d’un chef cuisinier spécialisé en sushi. Dans les précédents jeux, il devait parcourir différents stages à l’aide de sa canne à pêche, les poissons récoltés sur son passage lui permettant de concocter ses plats. Ici le principe est un peu différent et se rapproche davantage d’un party game.

Tout d’abord, les niveaux ne se traversent pas. Ils sont fixes, comme des tableaux, composés de plateformes et de trampolines. Ensuite, les ennemis apparaissent par vague et il faut tous les éliminer afin de gagner une pièce, nécessaire pour enchaîner les stages. Enfin, la canne à pêche étourdit et enferme les monstres dans un bazooka. Une fois plein, il suffit de lancer les projectiles vivants les uns contre les autres pour les détruire.

Le personnage incarné a trois vies, deux capacités spéciales et une ultime qui s’active une fois que la jauge dédiée est remplie. C’est à peu près tout niveau gameplay, puisque les mécaniques ne s’étoffent pas au fur et à mesure de notre progression. Au contraire, on se rend plutôt compte des limites.

Les mouvements de notre chef cuisinier sont assez rigides. Il peine à se retourner, saute très lentement, et en plus de cela, il rebondit six fois dès qu’il se fait toucher par un ennemi! Cette cassure dans le rythme rend les parties assez frustrantes, d’autant plus que chaque session se doit d’être rapide.

Côté level-design, ce n’est pas très varié. Les stages sont à peu près constitués de la même manière et ils n’évoluent guère, même au bout du quatrième monde. Par contre, le bestiaire est assez diversifié et plutôt drôle.

Umihara Kawase BaZooka! est un jeu très coloré, mélangeant tons pastels et nuances flashy. Le trait est assez enfantin, pas toujours détaillé. Les personnages sont assez kawaï, même s’ils tendent tous à se ressembler, en tout cas dans leurs expressions. Il est toutefois possible de choisir leur couleur de vêtements ou de cheveux à travers des skins pour varier les plaisir.

La bande-son est correcte. Il s’agit d’une musique dynamique, plutôt électro-pop, tout à fait adaptée au côté party game de ce Umihara Kawase. Les voix sont en japonais, mais il n’y a pas de sous-titres. Rassurez-vous, tous les menus du jeu sont en français.

Cet opus propose deux modes distincts.

Le Mode Challenge correspond à la campagne individuelle. Il se compose de 4 mondes eux-mêmes constitués de 9 niveaux et d’1 boss. Il est possible de le faire en solo mais aussi jusqu’à 4 avec des amis, soit en coopération, soit en affrontement.

Le Mode Combat se concentre uniquement sur des batailles en local ou en ligne. Le but est par conséquent d’éliminer ses adversaires et de gagner des points. Il est même possible d’accéder à des combats classés.

Hormis ça, c’est à peu prêt tout. Le jeu ne nous permet pas de débloquer des éléments au fil de l’eau puisque tout nous est offert sur un plateau d’argent. Par exemple, on démarre avec 22 personnages jouables à choisir dès le début de l’aventure. On aurait aimé les découvrir petit à petit et en apprendre un peu plus sur eux.

Par conséquent, la durée de vie est relativement courte. Il faut 4-5h pour terminer le Mode Challenge. Pour en profiter davantage, le Mode Combat est un plus pour se divertir entre amis, mais le gameplay est peut-être un peu trop redondant pour y passer des heures…

Umihara Kawase BaZooka! aurait pu être une parfaite mise en bouche pour le marché occidental. Mélanger plateformes, party game et canne à pêche dans un univers mignon aurait pu faire mouche. Hélas, le gameplay est lassant, frustrant de par ses commandes rigides et son manque d’énergie, mais aussi du fait qu’il n’y ait rien à débloquer. En plus de cela, la durée de vie est bien trop courte et le contenu assez pauvre. Rien de mémorable.

Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire