Test : Venture Kid sur Nintendo Switch

Venture Kid

Genre : Aventure, Plateformes, Arcade, Action
Langues : Français, Anglais, Japonais, Allemand, Italien, Espagnol, Coréen, Russe, Chinois, Portugais
Développé par Snikkabo
Édité par FDG Entertainment
Sortie France : 02/05/2019
Prix : 10,00€ sur l’eShop
Taille : 16,78 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 7 ans

Site Web Officiel

Sur une île lointaine, très lointaine, alors qu’Andy et son amie sont en train de ramasser des orbes, nos deux héros sont interrompus par une explosion causée par Teklov, un scientifique excentrique qui est attelé à la fabrication d’une arme secrète dans sa forteresse spatiale, et qui fait partie de ces antagonistes qui veulent détruire le monde pour le rebâtir à leur façon. Vous incarnez donc Andy, qui part, seul (son amie ayant été blessée par l’explosion), en quête de stopper les agissements de Teklov.

Si le scénario peut sembler basique, il est comme dans la plupart des platformers un prétexte pour justifier l’aventure, ce qui ne pose pas de problème ici, l’essentiel du jeu étant dans le gameplay.

Avec ses allures de Mega Man, Venture Kid vous laisse démarrer votre aventure, équipés de simples projectiles. Les mondes que vous aurez à parcourir seront truffés d’ennemis variés, et chacun de ces niveaux se conclut par un boss unique, que vous serez récompensé d’avoir vaincu par l’ajout d’une capacité spéciale à votre personnage. Il vous est également proposé de récolter des orbes qui vous permettront de faire des achats tels que l’augmentation de votre capacité maximale de cœurs, une vie supplémentaire ou encore une potion pour recharger vos pouvoirs spéciaux.

Ces caractéristiques sus-mentionnées s’appliquent aux deux premiers modes (Classique et Aventure), mais Venture Kid met également à votre disposition un mode Survie qui fait office de Rogue-like, où vous aurez à parcourir le plus de niveaux possibles dans des configurations aléatoires, ainsi qu’un mode débloquable après avoir terminé le système classique, qui proposera un nouveau challenge que l’on vous laissera découvrir par vous-mêmes.

D’un point de vue plus global, la prise en main est agréable, et le jeu est loin d’être punitif, du moins au début; dans le sens ou perdre une vie vous fait reprendre non loin du lieu de votre mort, et chacune de ces vies est découpée en plusieurs cœurs dont la perte ne stoppe pas votre progression. La difficulté est progressive, et il est à noter que chacun des 4 modes est disponible en 3 difficultés différentes.

En terme de graphismes, nous sommes face à une direction artistique de qualité: les environnements et les ennemis sont explicites, hauts en couleurs, le jeu dispose même de quelques cinématiques, le tout dans un style rétro. De plus, attention des artistes ou pure coïncidence, on saura apprécier les références des palettes de couleurs utilisées à certains classiques du jeu vidéo, tels que Sonic ou Metroid.

La bande-son, composée par Matt Creamer, est variée et efficace, toujours dans un genre rétro et chiptune.

Comme expliqué précédemment, le jeu propose 4 modes, dont un rogue like qui augmente la rejouabilité du titre. Cependant, l’aventure principale vous demandera de 2 à 3h, temps évidemment à nuancer en fonction de votre dextérité. C’est malheureusement là le défaut principal du Soft, quand bien même la longueur d’une partie peut être rallongée par un objet caché à trouver dans chaque niveau, ainsi que 37 succès différents à obtenir.

Du haut de ses 15 Mo, Venture Kid ne fait pas les choses à moitié en proposant une expérience vidéoludique rétro qui ravira les nostalgiques. Malgré la durée de l’aventure principale que certains peuvent trouver trop courte, et même si le titre ne révolutionne pas le genre, cela ne l’empêche pas de proposer un contenu appréciable accompagné d’une direction artistique solide.

Test réalisé par Pauline sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire