Test : Brothers : A Tale of Two Sons sur Nintendo Switch

Brothers : A Tale of Two Sons

Genre : Aventure, Casse-tête
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Portugais, Russe, Chinois
Développé par STARBREEZE STUDIOS
Édité par 505 GAMES
Sortie France : 28/05/2019
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 4198,50 Mo
Joueurs : 1-2
Age minimum : 16 ans

Site Web Officiel

Brothers : A Tale of Two Sons (qu’on pourrait vulgairement traduire par « Frères, le récit de deux fils ») a finalement droit à son portage sur Nintendo Switch. Il s’agit d’un jeu d’aventure et de résolution de casse-têtes développé par Starbreeze Studios et édité par 505 Games.

L’écran titre

Dans ce titre, vous incarnez deux jeunes frères frappés cruellement par le destin une première fois lorsque le benjamin assiste impuissant à la noyade de leur mère. Au début de l’aventure, le sort frappe à nouveau tandis que leur père est atteint d’une grave maladie, que seul un remède trouvable dans une région lointaine peut guérir. C’est tout du moins ce que l’on comprend de la scène d’introduction, qui vous sera présentée sans parole ni sous-titre. Les personnages s’expriment en effet uniquement via des onomatopées ou un dialecte (le réalisateur nous apprend par ailleurs qu’il s’agit d’un dérivé de langue arabe). Cela ne gêne cependant en aucun cas la compréhension des événements qui sont facilement interprétables de par l’environnement et les interactions entre les protagonistes.

Les deux garçons partent donc à la recherche de la miraculeuse panacée. Au cours de leur quête, ils seront amenés à faire des rencontres (heureuses ou malheureuses), à contempler des paysages très variés et… à se découvrir eux-mêmes. Car, au-delà d’une aventure, il s’agira surtout d’un conte initiatique d’une étonnante profondeur au cours duquel nos deux héros vont énormément gagner en maturité.

A l’instar d’un Limbo, vous serez amenés à vous déplacer de manière plutôt linéaire et à résoudre de petites énigmes pour pouvoir progresser. Le soft se veut plutôt dirigiste : vous n’aurez que peu d’opportunités d’exploration des zones visitées, si ce n’est parfois pour effectuer les quelques trophées qui vous sont proposés et qui peuvent être considérés comme de courtes quêtes annexes. En revanche, vous pourrez expérimenter de nombreuses interactions avec le décor, différentes selon le personnage qui fait l’action. Ainsi, vous aurez l’occasion de vous asseoir paisiblement sur un banc pour admirer les nombreux panoramas observables tout au long de l’aventure.

Vue d’un panorama

Les puzzles, quant à eux, ne présentent que peu de challenge. Les premiers vous serviront de tutoriel et vous en viendrez très vite à bout. Par la suite, les manipulations à effectuer seront, la majorité du temps, relativement évidentes et vous demanderont peu (voire pas) de temps de réflexion. Le point positif que l’on peut remarquer toutefois, en l’absence de difficulté notable, est que les casse-têtes sont plutôt variés. Même s’il vous arrivera de reconnaître aisément les mêmes mécanismes dans plusieurs tableaux, la diversité des environnements et des actions finales à effectuer préviendront tout sentiment de lassitude. Il vous faudra, par exemple, emprisonner des ennemis ou libérer des alliés, vous déplacer à l’aide de moyens de transport multiples ou encore transporter des objets.

Un type d’énigme

Mais la force de ce soft se situe ailleurs. En effet, l’originalité du gameplay réside dans le fait de devoir gérer vos deux protagonistes simultanément. Le Joy-Con gauche vous permet de contrôler l’aîné des frères tandis que le plus jeune est dirigé par le droit. Seuls les sticks directionnels et l’une des gâchettes sont utilisés. Il vous faudra donc bien synchroniser vos actions, en particulier lors de certains passages demandant un bon timing. Pas de panique cependant, le jeu reste très peu punitif. Les points de sauvegarde automatiques étant très fréquents, vous n’aurez jamais à recommencer de longs passages.

Les commandes

La seconde gâchette vous servira à faire pivoter la caméra, qui est, en outre, très bien gérée. On aura finalement donc peu à utiliser cette commande dans la mesure où elle se déplacera automatiquement de manière à ce que les deux héros soient toujours du bon côté de votre écran, facilitant ainsi grandement les contrôles.

Développé sous Unreal Engine 4, Brothers : A Tale of Two Sons nous propose des graphismes réalistes et agréables, sans toutefois être à la pointe de ce que la technologie moderne peut offrir. Sont à noter par ailleurs quelques bugs graphiques, notamment en ce qui concerne les ombres des éléments mobiles.

Un bug d’ombre

Malgré cela, le soft nous offre de splendides panoramas, tant les paysages fourmillent de détails. Les décors sont indéniablement très travaillés et procurent un grand plaisir lors des phases d’exploration : on en vient même à faire quelques pauses ça et là dans le seul but d’admirer la vue. De plus, les environnements se distinguent réellement d’un chapitre à l’autre, ce qui nous fera parfois regretter d’avoir terminé certaines zones trop rapidement…

La bande-son (écoutable via le menu principal), quant à elle, est plutôt discrète. Toutefois, elle sait être poignante pendant les moments riches en émotions et s’efface habilement pour souligner les effets dramatiques. Les bruitages et les voix finissent de planter le décor. Petit bémol toutefois concernant les cris de la fratrie qui peuvent parfois devenir lassants.

Abordons les sujets qui fâchent. Le jeu se termine en trois à cinq heures. Et c’est bien là son plus gros défaut. Même en prenant beaucoup de temps pour explorer, observer, admirer, interagir avec les décors, la facilité des puzzles et l’absence quasi-totale de rejouabilité n’allongeront guère plus la durée de vie. Au total, sept chapitres (auxquels s’ajoutent un prologue et un épilogue) bien distincts vous sont présentés, chacun possédant sa propre ambiance, de plus en plus en sombre au fil de votre quête. Un bon point car les divers tableaux donnent grandement envie d’en voir plus. Cependant, on les traverse parfois à vive allure du fait de l’absence de challenge.

Les succès

On peut également déplorer le peu de quêtes annexes offertes, intéressantes à faire par ailleurs mais trop peu nombreuses (et très courtes).

Brothers : A Tale of Two Sons est l’attendrissant récit initiatique de deux frères emplis de bonne volonté. C’est ainsi que le développeur Josef Fares, réalisateur pour le cinéma, l’a imaginé et c’est ainsi qu’il faut l’aborder. Si le synopsis n’est certes pas des plus novateurs, l’opus a le surprenant mérite de mettre le gameplay totalement au service de la narration, créant ainsi une histoire très riche émotionnellement. Le tout est accentué par des environnements poétiques de plus en plus sombres à mesure que l’on progresse dans l’aventure ainsi que par une bande-son discrète mais efficace. Le plus gros bémol restera la très faible durée de vie due notamment à une absence de rejouabilité ainsi qu’à la facilité des énigmes à résoudre.

En somme, on a affaire à un opus qui possède une réelle âme : au même titre que vos personnages, vous risquez fort de ne pas ressortir indemne de ce voyage (un peu trop court…).

Test réalisé par Milou sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire