Test : Headliner : Novinews sur Nintendo Switch

Test : Headliner : Novinews sur Nintendo Switch

Genre : Aventure, RPG
Langues : Anglais Sous-titres : Anglais
Développé par Unbound Creations
Édité par Unbound Creations
Sortie France : 05/09/2019
Prix : 13,37€ sur l’eShop
Taille : 548,41 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 16 ans

Site Web Officiel

« Whoever controls the media, controls reality », autrement dit « quiconque contrôle les médias contrôle la réalité ». C’est là le thème majeur de Headliner : Novinews développé et édité par le studio Unbound Creations. Le soft reprend d’ailleurs allègrement cette citation à l’origine controversée mais qui paraît bien d’actualité.

Dans un univers dystopique où la majorité de la population est modifiée génétiquement et où les rues sont surveillées par des armées de drones, vous incarnez donc un ou une journaliste (dont l’apparence, le nom et le genre sont personnalisables) employé.e chez Novinews, qui semble être l’unique source d’informations. Votre rôle est simple : contrôler ce qui sera publié ou non. Si la tâche peut paraître aisée, il n’en est rien en réalité car il vous faudra traiter de sujets plutôt sensibles tels que l’acceptation des étrangers, la politique universelle de santé ou encore l’autoritarisme du gouvernement. Autant de thèmes qui amèneront à coup sûr de nombreuses polémiques.

L’écran de personnalisation de votre avatar

En dehors de votre job, vous devrez également gérer vos relations amicales et familiales. De la même manière, vos choix dans ce domaine auront des conséquences sur la vie de vos proches.

Headliner : Novinews dispose d’un gameplay axé principalement sur la narration. À la manière d’un visual novel, vous aurez des choix à effectuer et ces derniers détermineront la suite des événements. Ainsi, en journée, un petit speech de votre boss vous indiquera la marche à suivre (ou tout du moins, celle souhaitée par votre direction). Plusieurs articles de presse vous seront présentés. Le bouton B vous permettra de les valider tandis que le bouton A vous les fera refuser. À noter que cette action est définitive. Attention donc à ne pas vous tromper, ce qui pourra arriver lorsque l’on vous impose une sélection entre deux articles notamment (A acceptant l’élément de gauche et B celui de droite, chose qui ne vous sera expliquée qu’une seule fois et qu’il est donc aisé d’oublier…). Ayant visiblement le monopole de l’information, vos publications auront un impact immédiat et sans équivoque sur la population.

Accepter ou refuser sera parfois un réel dilemme

Vous vous en rendrez compte le soir en effectuant le trajet jusqu’à votre domicile. Dans les rues, vous rencontrerez vos amis et votre famille, vous pourrez discuter avec les citadins locaux ou même faire vos emplettes. Là encore, durant les dialogues, des alternatives vous seront proposées. Elles influenceront la vie des PNJ de manière irréversible. La réflexion est donc de mise ici si vous ne voulez pas avoir la mort de quelqu’un sur la conscience (oui, c’est possible !).

Headliner : Novinews nous propose un style graphique en 2D “low-poly”. Vous aurez la possibilité d’observer des images fixes uniquement lors de vos sessions de travail tandis que vous pourrez déplacer votre personnage de gauche à droite dans un décor, somme toute limité, en extérieur. Ce dernier sera le seul dont dispose l’opus (en dehors de votre appartement) puisque toute l’aventure se déroule dans la même zone urbaine. S’il n’offre pas de diversité, en revanche, le paysage sera amené à subir des variations, notamment selon les choix que vous aurez effectués. Il vous sera ainsi permis de contempler un supermarché en feu ou encore une foule de manifestants en colère. On prend donc un certain plaisir à reparcourir inlassablement les mêmes rues en scrutant les changements opérés par nos sacro-saintes décisions.

Un dérapage est vite arrivé (oups…)

À cela s’ajoute les portraits de personnages, dans un style bande dessinée ou encore manga, comme dans la plupart des visual novels, qui apparaîtront lors des phases de dialogues. Ils sont plutôt bien réalisés et peuvent rappeler les protagonistes de séries du genre Phoenix Wright (dont vous pouvez voir les illustrations ici), le côté original en moins.

Le “boss” de NoviNews vous donnera les directives chaque matin

La bande-son, quant à elle, est moderne et se base principalement sur des sons électro. Plutôt bien pensé pour cet univers quelque peu futuriste en terme de technologie. Elle n’en reste toutefois pas bien marquante.

Si Headliner : Novinews n’est pas doté d’une grande durée de vie (comptez trois heures environ pour terminer une partie), il possède en revanche un grand potentiel de rejouabilité. Pour faire simple, vous devrez chaque jour effectuer votre travail d’édition puis vous rendre chez vous, tout en effectuant diverses rencontres sur le chemin. En tout, chaque « run » durera deux semaines, au bout desquelles le verdict tombera : un résumé de vos « succès » vous sera détaillé et donnera la conclusion de vos réalisations.

Même la plus petite ligne de dialogue peut avoir des conséquences sur l’avenir

L’intérêt du titre réside donc dans l’opportunité d’expérimenter les divers choix et d’en observer les effets. Notez bien que le moindre avis émis ou article publié aura un impact. Les possibilités sont donc innombrables, et vous aurez besoin de beaucoup de temps si vous cherchez à en faire le tour. En revanche, on aurait aimé pouvoir passer les discours déjà lus lors des parties précédentes…

Un PNJ déblocable

De plus, des quêtes annexes sont disponibles et déblocables après avoir terminé le jeu. Vous pourrez ainsi aider un sans-abri à se réinsérer ou bien enquêter sur un meurtre aux côtés d’une policière.

Pour finir, des éléments de décoration d’intérieur pourront être achetés au magasin local, améliorant de ce fait le confort (visuel) de votre appartement. Ces derniers sont gardés en mémoire à chaque partie, vous permettant de les collectionner au fur et à mesure de vos runs.

Si vous doutez toujours de l’impact des médias sur la société, Headliner : Novinews vous permettra à loisir de tester les conséquences des informations sur la population de cette simulation de société dystopique futuriste. À vous, donc, de choisir quelle ligne de conduite vous souhaitez avoir : soutiendrez-vous un gouvernement autoritaire ? Accuserez-vous une société sans preuve ? Soutiendrez-vous une marque, certes rentable, mais qui semble provoquer de lourds effets secondaires ?

Tant de questions qui semblent facilement traitables du point de vue de l’éthique et qui, pourtant, vous poseront des cas de conscience : et si votre décision amenait à un assassinat ? Ou à la banqueroute d’un honnête commerçant ?

Car le soft prend un malin plaisir à nous mettre face aux responsabilités de nos choix et c’est là toute sa force : il nous invite ainsi à éternellement recommencer jusqu’à obtenir la finalité qui nous convient le mieux. Et cela vous demandera du temps au vu du grand nombre de possibilités offertes.

Le hic : seule la langue anglaise est disponible et il vous en faudra une maîtrise correcte dans la mesure où le gameplay se base essentiellement sur la narration.

Test réalisé par Milou sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire