Test : Naruto Shippuden – Ultimate Ninja Storm 2 sur Nintendo Switch

Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 2

Genre : Action, Combat
Langues : Multilingues Sous-titres : Français
Développé par CyberConnect2
Édité par Bandai Namco Entertainment
Sortie France : 26/04/2018
Prix : 19,99€ sur l’eShop
Taille : 5,61 Go

Site Web Officiel

Après la défaite de Naruto lors d’un affrontement spectaculaire à la vallée de la fin face à Sasuke, son meilleur ami et rival, notre ninja au grand cœur décida de quitter lui aussi le village afin de suivre un entrainement intensif aux côtés de maître Jiraya, l’un des trois ninjas légendaires, dans l’espoir de pouvoir ramener un jour celui qu’il considère comme son propre frère.

Trois années passèrent. L’Ermite-Pervers revint avec son disciple plus âgé et plus mûr à Konoha.

C’est le moment des retrouvailles entre Naruto et ses anciens camarades qui s’annonceront très brèves puisque Tsunade, la 5ème Hokage, va convoquer ce qui reste de l’équipe 7 aujourd’hui.
Une piste sérieuse menant à Sasuke a été trouvée. La quête de la réconciliation prendra-t-elle fin ?
Une autre question subsiste : « Où est l’Akatsuki – cette organisation cherchant à capturer à tout prix les démons à queues – et surtout quel est leur réel but ? »

 

Vivez la première partie de l’aventure Shippuden, aka les chroniques de l’ouragan, jusqu’à un combat qui va marquer le tournant de la série à tout jamais !

Le gameplay repose sur la même base que le premier « Ultimate Ninja Storm », c’est-à-dire, un mode mission ultime et un mode combat libre. Comme lors de mon précédent test, je vais m’attarder sur le premier mode évoqué puisqu’il s’agit de l’histoire. Vous contrôlez Naruto dans le village de Konoha.
Toujours de façon semi-libre, moins vaste à parcourir pour qu’il puisse laisser la place à de nouveaux endroits, tels que le pays du Sable, du son ou encore le repère d’Orochimaru. Pour progresser dans l’histoire principale, pas besoin de passer par une mission annexe ou l’accumulation d’expérience de mission. Tout peut se faire si vous suivez la narration du jeu même si elle implique d’explorer un peu le monde des ninjas.

Le système de composition qui permet de débloquer des nouveaux objets pour vos magasins reste d’actualité. Ici, cela vous servira à utiliser les objets pour renforcer vos liens de soutien en combat ou encore à utiliser des objets de plus en plus fort, capable de neutraliser une attaque ennemie.
C’est pourquoi durant vos phases d’exploration, il faudra vous préparer à pas mal d’aller-retour où vous vous amuserez à récolter l’un ou l’autre ingrédient.
Les missions annexes serviront principalement à renforcer vos liens ou à récolter de l’argent utile pour l’achat de biens collectibles, voire des objets pour les magasins.
Cette fois-ci, aucun mini-jeu n’est présent alors que l’idée était bonne.
Il aurait été intéressant de les intégrer en mode combat libre ou mini-jeux libres, soit via une IA ou un autre joueur.


Dans ce second volet, les combats sont mis à l’honneur car bien plus séquencés.
Le système, lui, n’a pas changé. La zone de combat est toujours délimitée mais assez grande.
Le personnage que l’on contrôle peut toujours attaquer avec les poings et enchainer les combos, lancer des kunai, sauter et esquiver ou encore avoir la possibilité de lancer deux ninjutsus : un normal ou un ultime. Petite nouveauté qui va simplifier un peu trop vite les affrontements : fini les enchainements de touches pour réussir à toucher son adversaire. Seul subsiste les séquences QTE durant les combats importants. Si l’on parvient à exécuter brillamment ces séquences, une cinématique se déclenche. Parfois on peut revivre des flash-back nous ramenant à l’intrigue du premier volet ou bien des passages tirés de l’anime pour lever le voile sur le passé d’un personnage.

On ne pensait pas qu’il aurait été possible de faire encore plus beau que le premier volet de la série « Ultimate ninja Storm ». Et pourtant, le studio en charge du jeu a clairement réussi à m’épater !
Le mode histoire va faire place à une phase d’exploration un peu plus poussée cette fois-ci car le joueur va pouvoir voyager de pays en pays, de repaire en repaire. On distinguera facilement les lieux, qu’il s’agisse de l’autre pays ou encore d’un nouveau repaire.
Que le jeu s’inspire du manga ou de l’anime, tout est toujours fidèle à l’œuvre de Masashi Kishimoto.

On pousse toujours l’immersion un peu plus loin et on n’en demande pas mieux !
Durant les combats décisifs, le studio ira jusqu’à reproduire le moindre trait de crayon sur son modèle 3D. Il y a de la vie dans les différentes villes. Ça discute, ça bouge tandis que dans d’autres endroits, on est susceptible de s’arrêter un instant pour y contempler, par exemple, une magnifique chute d’eau qui coule au-dessus d’un pont.
Les bruitages renforcent le tout. Les musiques sont presque similaires à ceux de l’anime. L’ambiance est assurée grâce à une compositrice de talent : Fukuda Chikayo (Tail Concerto, Asura Wrath, Naruto Ultimate Ninja,…).

L’histoire est toujours répartie sous forme de chapitres bien distincts. Il y en a 7 au total.
La progression se veut aussi plus linéaire que le précédent car les quêtes annexes n’apparaissent pas après chaque mission principale et certaines se font sur la durée, le temps d’acquérir l’argent demander, de récolter les perles, des cartes ninja, la collection, etc.
Mais qu’à cela ne tienne car l’un des atouts majeurs de ce jeu est indéniablement sa mise en scène. En plus de dialogues alors que l’on se promène dans les contrées, nous avons également une mise en scène durant certains combats. Certains plans frôlent la perfection !

Pour venir à bout de l’histoire et débloquer ainsi la plupart des 35 personnages, comptez environ 14-15 heures de jeu. Une fois le scénario principal bouclé, si vous terminez une quête annexe, cela pourra vous donner l’accès à une intrigue qui vous mettra en appétit pour « Ultimate Ninja Storm 3 Full Burst ». Le traditionnel mode « combat libre » est également disponible pour votre plus grand plaisir, de même qu’un mode en ligne ! C’est vraiment le pied de pouvoir affronter d’autres joueurs quand on n’a personne à côté de soi ! Cela dit, attention à vous. Entrainez-vous avant pour bien connaître les différents patterns si vous ne voulez pas vous prendre une magnifique raclée.

Toujours dans le respect et encore plus dans la profondeur scénaristique grâce au travail de Cyberconnect2. Pour moi, ce qui faisait défaut au premier volet à complètement été effacé.
Un contenu qui revient à l’essentiel : les affrontements et son histoire.
Maintenant quand j’incarne Naruto et d’autres personnages, je me sens enfin investi. J’éprouve enfin de l’empathie. Que vous connaissiez ou non la série, vous n’êtes pas à l’abri d’un bouleversement émotionnel. Un roaster encore plus important que le premier reposant toujours sur une mécanique bien rodée. Voici indéniablement l’opus Naruto à posséder sur sa Nintendo Switch si vous ne l’avez pas encore fait ! La question que je me pose à présent est : « est-ce que le troisième volet peut faire encore mieux et viser ainsi l’excellence ? Une affaire à suivre. »

Test réalisé par Serial_Gameur sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire